Luis Enrique Carricaburu Collantes

Performer

Résidence // création

30 JUIN > 2 JUILLET et 19 > 23 JUILLET 2021

L’Homme quelconque

« Ce sera l’épopée de mon être là, ici et maintenant : une traversée des forces que les images et le réel exercent sur ma présence »


« La représentation est idolâtrie »


Le projet L’Homme quelconque (titre provisoire) continue à placer le corps (le mien) comme une matière sensible à partir de laquelle questionner et résister à certains discours, idées, idéologies, esthétiques, représentations. Je me mets à l’épreuve, en présence. A travers les forces qu’exercent les éléments choisis dont je m’entoure, je me lance dans une traversée matérielle et symbolique. Cette fois, le défi consiste à faire émerger un homme quelconque dans l'espace public. Le corps en jeu devra survivre à une traversée de représentations, de mythes, de discours. Ces éléments de pensées, aux diverses apparences, m’intéressent, ou bien devrais-je dire qu’ils s'intéressent à moi par leur puissance assujettissante, soit pour nous renvoyer droit au sein de l’Histoire – dans un sens tragique –, soit en nous contraignant à exister en dehors d’elle. Survivre à ce sujet construit, des récits en soi, c'est opérer dans la sphère politique : des façons d'être vu - de regarder -, des façons de se mettre en relation avec le monde et avec les autres, des émancipations possibles du temps historique.

« Ayant quitté la réalité pour l’idée et l’idée pour l’idéologie, l’homme a glissé vers un univers dérivé, vers un monde de sous-produits, où la fiction acquiert les vertus d’une donnée primordiale. »

Emil Cioran

REPERES BIO

Formé à l’Escuela Nacional de Arte (ENA), et à l’ Instituto Superior de Arte (ISA) - La Habana - où il obtient ses diplômes en Danse Contemporaine , Luis Carricaburu de 2010 à 2016 fait ensuite partie de la Compañía Danza Contemporánea de Cuba où il collabore avec des chorégraphes reconnus du monde de la danse - Jan Linkens (néerlandais), Juan Kruz (basque), Rafael Bonachela (catalan), Itzik Galili (israélien), Billy Cowie (anglais) , Angels Margarit (Catalan), entre autres et avec des chorégraphes cubains - George Céspedes, Luvyen Mederos, Julio Cesar Iglesias. Il a interprété le répertoire de la danse contemporaine de Cuba en Angleterre, Espagne, Pologne, Australie, Mexique, États- Unis, Bolivie, Canada, Allemagne, Italie, France, Colombie, Suisse et Hollande.

En 2017 – il Collabore à la performance Essai de durée avec un concept et une création de William Ruiz, Gabriela Burdsall et Kiko Faxas dans Taller Chullima de Wilfredo Prieto .

En 2016, séparée de la Compañía Danza Contemporánea de Cuba et intègre le Ballet Rakatan. Avec la dernière création du spectacle Vamos Cuba, présenté chaque saison au Saddler's Wells et au Peackoc Theatre à Londres et au Birmmingham Hippodrome (2016 à 2018)


Actuellement Luis travaille en tant que créateur et interprète indépendant. Il développe ses recherches personnelles dans les domaines de la performance et de la chorégraphie, avec la recherche Trabajo Voluntario, une performance chorégraphique qui propose une réinterprétation à travers l'expérience physiologique de l'interprète et des spectateurs, l'imaginaire social et national autour de l'idée de travail physique et ses motivations idéologiques. Área de Meditación Escénica, spectacle dans lequel les spectateurs deviennent les acteurs d’une micro-communauté sur scène, où dialogue et dialogue se nouent entre la parole et le corps à propos de la liberté d’expression, de la censure et de la moralité dans un jeu mêlant fiction et réalité.

Ses performances tentent de mettre en valeur la valeur de l'événement en proposant une approche du spectateur basée sur l'expérience plutôt que sur l'interprétation, qui se déroule généralement dans des espaces sociaux, même s'il utilise également l'espace du théâtre, soulignant toujours son statut d'institution.