top of page

Hélène Larrodé // Le rêve d'une danse

Montreuil


Résidence - 17 > 20 Janvier 2024



Le Rêve d’une danse raconte le parcours alchimique et psychiatrique d’une femme : un hommage à la danse, à la créativité et à la résilience humaines face aux épreuves de la vie.

A la mort de sa mère, la vie de Delphine bascule : elle recommence à pleurer, découvre la danse et fait un rêve fondateur.

A la lumière de ce bouleversement initiatique, Delphine nous livre en flash-back ses tribulations psychiatriques. Le fil de ses dialogues cocasses avec le hiératique Docteur Coiffu rythmait alors ses jours comme autant de tentatives pour absorber les chocs générés par l’internement psychiatrique et l’expérience des troubles bipolaires.

Parviendra-t’elle à confronter ce représentant de l’institution médicale à la violence et l’absurdité de

ce qu’elle vit ? comment l’instinct de survie et la sagesse se rencontrent-elles dans ces conditions ?

Le plomb d’une vie peut-il se transformer en or ?

Entre théâtre et danse, Hélène larrodé compose un singulier cocktail, désarmant et explosif.

Cette création invoque avec humour, poésie et âpreté les ressources et la créativité que chaque humain développe face aux douleurs de son existence, et fait appel au pouvoir transcendant de la danse.


« A travers le parcours d’une femme, cette création rend hommage au courage des personnes qui souffrent de maladies mentales. Elle questionne la norme, la prise en charge psychiatrique, les violences institutionnelles, et trace un chemin de résilience à travers l’art.

Le choix de mêler différents supports artistiques (danse, théâtre, voix et mouvement, chant), est destiné à renforcer le trouble que vit le personnage et par là même : à rendre compte de la porosité entre les mondes (intérieurs-extérieurs, rêve-réalité, maladie-santé, normalité-folie).

Ce mélange se fait au service de l’expression d’une femme qui se définit par son caractère protéiforme, par sa capacité à sortir des cases dans lesquelles elle est enfermée et à élargir le champ de ses possibles.

Il m’a paru important d’aborder ce thème d’une manière drôle et décalée, et de rappeler le pouvoir co-créateur dont dispose aussi chaque humain : celui de donner un sens à sa vie.

J’ai eu à cœur de montrer comment à travers les bouleversements d’une vie, d’une manière à la fois insoupçonnée et évidente, ce sont aussi les contours d’un chemin initiatique qui se dessinent. »


Ecriture, textes et chorégraphie : Hélène Larrodé

Mise en scène : Pascal Besson

Accompagnement à la mise en scène : Aude Cartoux

Création lumière : Karl Big

Création musicale et Photos : Didier Monge

Production : compagnie Théâtre de la Girandole

Partenaires de Production dans le cadre d’accueil en Résidence et de présentations publiques : Théâtre de la Girandole, Montreuil / studio DTM, Paris, Théâtre du Tiroir à Laval /Théâtre de l’Essaïon


Hélène Larrodé

Autrice, danseuse, comédienne, performeuse, pédagogue du mouvement.

Née en 1975, le parcours d’Hélène est atypique. Après avoir été travailleuse sociale, elle engage son corps dans les vignes, chez des bergers, avec un apiculteur, avant de voyager en mer sur un voilier.

On peut parler de vocation tardive, puisque c’est à 33 ans que l’appel de la danse l’a saisie, alors qu’elle est informatrice en droits des femmes, dans une association féministe : la maison des femmes à Montreuil.

Dès lors se trace un chemin entre artistique, pédagogique et politique : elle se forme auprès de anna et daria Halprin à l’institut Tamalpa u.s - emmène durant 3 ans le collectif aRTivisme - travaille avec des groupes de femmes migrantes, dans des ateliers socio-linguistiques, auprès de femmes victimes de violences.

Dans tous ses projets, elle utilise la danse et la performance pour porter des revendications féministes dans l’espace public.

Son travail questionne les inégalités hommes femmes, les rapports de domination et la résilience. Sur scène ou dans la rue, en solo ou collectif, ses créations artistiques et pédagogiques visent à redonner aux corps organicité, émotions, imaginaires.


Comentarios


bottom of page