Iniciativa Sexual Femenina // Elisa Keisanen, Cristina Morales et Élise Moreau

Barcelone

Résidence / Création

18 > 24 Janvier 2021


« La mártir Felicitas »

https://www.facebook.com/Iniciativa-Sexual-Femenina-512667205799645/


Grâce à la programmation du Sismògraf, un festival de danse catalan, nous avons pu découvrir le Musée des Saints d'Olot (Gérone) et sa salle de modèles qui nous laissa sans voix mais pas sans idées. Les statues-modèles y apparaissaient cassées et portaient dans des sacs en plastique leurs différents fragments, l'un avec les mains attachées autour du cou, l'autre portant son enfant Jésus accroché au poignet. Il semblait qu’enfin le destin sordide de ces Saints, de ces martyrs, était représenté dans toute son amplitude, sans glorification ni stylisation. Cette rencontre avec cet espace et ces habitants inanimés nous permit de définir une ligne d'intérêt et de travail: le martyre et son esthétisation.


Penser le martyre


Nous pensons que pour être martyr il est nécessaire d'être en dehors de la norme, d ́être en marge c'est à-dire d’être marginal. En fait, le martyre serait une recette composée de deux ingrédients principaux : la marginalité et la souffrance.


Bien que très souvent compris comme quelque chose de religieux (et à raison étant donné que les martyres religieux sont bien plus célèbres que les autres), le martyre n'a non pas besoin d'une religion pour être valide mais de la sacralisation d'une cause. Par conséquent, sa valeur est purement politique.

Selon Elisabet Seijo Ibáñez, historienne spécialisée en Histoire des femmes pendant le Christianisme de l'Antiquité, le martyre est la capacité de convertir une humiliation en une victoire politique:


“C'est dans les actes et dans les passions martyriales, que se révèle la capacité des chrétiens à transformer un fait en apparence humiliante, en une victoire sur la société et le gouvernement romain”

Felicité, à l'ombre de Perpétue.


Le martyre est une stratégie qui utilise la douleur et la souffrance comme arme de mise en valeur et facilitateur de hiérarchie. Certains deviennent saints, d'autres meneurs politiques selon qui fut mangé par un lion, qui fut en prison ou qui fut tabassé par un flic. En effet, la propre destruction de la personne assure son ascension à un état de sainteté́ qui l'isole de ses contemporains, qui lui permet d'appartenir à l'élite (religieuse, familiale, activiste...).

Le stoïcisme est la forme d’héroïsme des martyres. La souffrance doit être passive. Elle peut être provoquée mais la personne ne peut se l’infliger elle-même. Rappelons-nous que le suicide et le masochisme sont illicites. Serait-ce alors le martyre une manière politiquement correcte d'être masochiste ou suicidaire ?

Enfin, pour être martyr, il faut être martyrisé. Il faut trouver un coupable, un complice sans lequel rien ne pourrait avoir lieu. Qui sont ces « martyrisants » et quelle relation se dévoile entre la «victime» et son «agresseur» ?


Méthodologie :


Le corps violent


Dans La mártir Felicitas, nous continuerons à développer et affiner notre entraînement physique et mental (si cette distinction platonique sert à quelque chose), que nous avions mis en place pour notre travail antérieur, Catalina, dans lequel nous nous rapprochons de zones de notre corps peu ou pas visitées par la tradition occidentale de la danse, en cherchant nos possibilités violentes, de manière passive comme active. Ceci nous le réalisons, par exemple, en expérimentant la vitesse maximale de mise en mouvement à partir du repos absolu (ce que nous appelons "passer de zéro à cent dans le temps minimum possible", notre pogo). Nous enquêtons également sur nos limites d'exposition, de «laisser faire» entre nous. Combien de parties de mon corps suis-je prête à mettre à la disposition de mes partenaires? Quelle résistance est-ce que j'offre? Depuis le début d’Iniciativa Sexual Femenina, notre travail s’élabore surtout autour des limitations. Notre volonté est de mettre nos connaissances en tant que créatrices et interprètes en doute et en danger, commençant par des éléments superficiels (Faut-il s‘épiler pour être sur scène? Et se maquiller?) jusqu’à l’apparition de la douleur ou du plaisir non masqué en studio et sur scène. La contrepartie du "corps violent" est "le corps prudent": si avec notre technique du pogo (une déconstruction des mouvements qui composent la danse sociale du punk) nous avons appris à être violentes sans blesser les autres ou nous-même, dans La mártir Felicitas nous continuerons ainsi. Nous nous approprions les mots du prix national de danse 2012, Mónica Valenciano, entendus lors d’un atelier à La Caldera: «Pour déplacer la limite, il ne faut pas la pousser mais la caresser”.


Le oui radical


Dans notre recherche nous appliquons ce que nous avons nommé le “oui radical”. Nous cherchons, acceptons et expérimentons les fantaisies et les fantasmes artistiques communs et personnels sans préjugé dans la mesure où ils respectent les limites de chacune. C’est à partir de cette exploration de désirs, d’idées bêtes ou pas, que nous sélectionnons les matériaux dans lesquels nous voulons mettre du temps et de l’énergie, permettant ainsi d’éviter la première étape d’auto-censure que nous avons tous subie (Ma proposition est-elle intéressante?). Iniciativa Sexual Femenina croit en une créativité basée sur un juste équilibre entre l’expérience et la réflexion.


REPERES


Iniciativa Sexual Femenina

Le collectif Iniciativa Sexual Femenina est né en 2017 au centre social autogéré Can Vies, à Barcelone, avec le désir d'aborder la danse contemporaine dans une perspective féministe, libertaire et anti-académique. Il est composé d'Élise Moreau (France, 1992), Elisa Keisanen (Finlande, 1988) et Cristina Morales (Espagne, 1985).

Les propositions d’Iniciativa Sexual Femenina reposent sur cette vision politique des arts du spectacle. Catalina, sa première pièce créée en janvier 2019 et coproduite par l’Antic teatre, le festival Sâlmon et le centre de création de danse et des arts du spectacle La Caldera, explore le plaisir sexuel, sa répression et ses conséquences sur scène comme dans la vie. En mars de la même année, elles créent Pato – merengue para espéculos vaginales dans le cadre de Rellegint Mujeres libres au Palau de la Virreina de Barcelone. Elles participent également au programme éducatif du centre de création Graner avec jAula libre, un atelier d'expression artistique libertaire.

En 2020, le collectif travaille en vue d’une nouvelle création, La mártir Felicitas.


Équipe artistique


Elisa Keisanen (Jyväskylä, Finlande 1988), est danseuse et chorégraphe.

Elle étudie au Collège vocationnelle de Karelia du Nord d’Outokmpu puis elle est diplômée d’une licence en danse de l’académie de Théâtre en 2015.

Elle a joué dans de nombreuses comédies musicales aux City Theatres de Finlande.

Keisanen a collaboré pendant près de 20 ans avec le théâtre Kramppi. Elle a travaillé en Finlande, en Lettonie et en France.

Cristina Morales (Grenade, Espagne 1985), est écrivaine, chorégraphe et interprète.

Son œuvre littéraire la plus récente est le roman Lectura fácil (Prix national de littérature 2019 et Prix Herralde 2018). Comme dramaturge, elle a travaillé avec Sara Molina, Ahmed Benattia et travaille actuellement avec Sol Picó.

Élise Moreau (Avignon, France 1992) est danseuse et chorégraphe.

Elle étudie la danse contemporaine en France et en Belgique où elle se diplôme au Conservatoire royal d’Anvers. Au cours de sa trajectoire artistique, elle travaille auprès de noms tels que Romeo Castellucci, Mathilde Monnier, Sidi Larbi Cherkaoui, Dominique Boivin ou Jan Fabre.

Elle est membre de Makrâl, un collectif de six artistes explorant les rituels performatifs depuis une perspective écoféministe.


Soutiens


Iniciativa Sexual Femenina fait partie du programme d’accompagnement à la création ff#90 de Graner et du projet européen Chebec en collaboration avec Barcelona Activa et l’Institut de la Culture de Barcelone. Le projet La mártir Felicitas est soutenu par le centre de création de danse et des arts du spectacle La Caldera, le programme Artistas en residencia codirigé par le MACBA, le CA2M et La Casa encendida ainsi que par le Pôle 164, pôle de création et de développement de l'art chorégraphique.


Liens vers des vidéos de projets antérieurs


Catalina, répétition générale, La Caldera.



Pato – merengue para espéculos vaginales, Palau de la Virreina



Broken nipples, Fêtes Alternatives de Sants





Pôle 164 © 2020 Tous droits réservés | 164, ave de Plombières 13014 Marseille | Tél 04 91 64 11 58

  • Facebook - Black Circle